9 février 2010

Ipad à froid

Une semaine après l’annonce du lancement du iPad, beaucoup de réactions sont sorties, la poussière est retombée, c’est le temps de prendre du recul et de revenir plus en détails sur les fonctionnalités, promesses et attente de ce nouvel écran.
Suite à mon billet de la semaine passée, j’ai répondu aux questions pertinentes du journaliste Claude Bernatchez de Radio-Canada qui me demandait entre autre pourquoi le iPad serait si différent d’un ordinateur. Voilà donc une mise à jour prospective de la bestiole:

– C’est un ordinateur mais pas le même que celui sur lequel vous lisez probablement ce billet: quelques outils de bureautique, accès bien sûr aux courriels et messageries, bref puisque c’est conçu pour le web mobile, accès à toutes les applications dans les nuages.

– C’est un lecteur de livres et de magazines ou les contenus pourront être téléchargés en ligne sur la magasin Ibook Store.

– C’est un écran de TV et cinéma

– C’est une console de jeux vidéos

– C’est un Ipod Touch, c’est à dire avec accès Wi-Fi, lecteur de musique avec  à Itunes, accès à toutes les applications du App-Store.  Une version avec abonnement Internet 3G est aussi disponible.

– Écran Touch Screen avec clavier virtuel et possibilité d’installation sur un support avec clavier physique.

– Ça pèse 700 grammes, 1,3 centimètres d’épaisseur, 24 x 19 centimètres pour l’écran, ça vaut 500 $ dans le début de gamme.

– Il n’y a pas encore de caméra mais c’est déjà dans les cartons à dessin, peut-être pour le lancement officiel dans deux mois, sûrement pour une version ultérieure.

– Il n’y a pas de port USB, volonté de Apple de supprimer totalement tout filage et d’accélérer  le transfert de datas par Bluetooth.

Donc nous sommes devant un changement de paradigme en matière d’utilisation, un tout nouvel écran destiné au grand public, une sorte d’hybride né de la fusion du mince MacBook Air et du Iphone. Finalement quand on regarde tous les produits de la gamme Apple sortis ce dernières années, le iPad est très logique.

Quelques réflexions en vrac:

– Votre mère qui s’est dernièrement acheté un ordinateur ou un laptop va aimer le iPad. La courbe d’apprentissage d’un néophyte est longue que ce soit sur PC ou Mac. Tous ces standards, ces plugins, ces programmes, ces conflits d’applications, c’est fini, on quitte vingt d’années d’informatique et « geekeries »

– Toute la famille réunie dans le salon familial pour voir le film du dimanche soir sur l’écran TV branché sur le câble, c’est le début de la fin. Éclatement et parcellement de la distribution-captation du contenu. Le début de la web tv ?

– Eldorado de l’économie digitale: dabord pour les développeurs d’applications qui sont déjà sur le branle-bas de combat pour créer des produits totalement formatés. Puis l’industrie des contenus, entre autre les chaines tv de niches qui risquent de profiter d’une redistribution des cartes à leur avantage. Pour ce qui est des médias imprimés, tout est imaginable en terme de modèles d’affaire et soyez sûr que ça cogite bien que je pense que les revenus ne retrouveront jamais leur niveau du 20 siècle.

– Dark side: on le sait, Apple c’est le contrôle. Les produits sont certes géniaux et sexy mais quand on y regarde de plus près, on est obligatoirement enfermé dans son eco-système. Le danger pourrait être que le iPad devienne la porte d’entrée obligatoire pour toute distribution de contenus avec tout ce que cela peut amener comme censure. Mon collègue Jérôme Paradis a bien mis le doigt sur les enjeux: « But today, controlling the user experience is also all about controlling content distribution ». On en viendrait même à penser que finalement Google  n’est pas le diable que certains dénoncent. A suivre attentivement.

Pistes: so the iPad chez I never knew
iPad, le nouveau pari de Apple chez Tom’s Guide

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Une réponse à “ Ipad à froid

  1. J’en viens à peu près aux mêmes conclusions que toi, surtout en ce qui concerne le côté contrôlant d’Apple.

    La famille n’a que deux iPods mais je peux dire que c’est suffisant car côté contrôle de qu’on achète, c’est vraiment pas convivial (bibliothèques partagées, trucs achetés en ligne, “version” de MP3, etc.).

    Les produits d’Apple demeurent fascinants car simples d’utilisation et esthétiquement irréprochables. D’autres produits possèdent d’autres défaillances 🙂

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>