22 septembre 2009

Se réchauffer au coin du web

Beaucoup de larmes ont coulé sur de nombreux claviers amis et anonymes à travers la planète avec la disparition brutale de Renée Wathelet, la femme digitale et la nomade numérique.

Renée

Renée était mon amie et ma grande soeur spirituelle. Dès nos premières rencontres, nous avons rapidement évacué nos passés, réussites et échecs, nostalgie et apitoiement pour s’installer dans le tempo du présent et de l’avenir. Renée était une femme de tête, fonceuse, courageuse, impliquée, activiste, féminine et féministe, citoyenne du monde, amoureuse de la terre, poète et artiste. Plus jeune que les jeunes, j’adorai son côté adolescente et sa joie de vivre.

Avec l’arrivée d’Internet , elle a immédiatement saisi le potentiel et la richesse de l’outil. Autant dans sa vie professionnelle que dans sa vie sociale, elle s’est bâtit une identité numérique totalement juste et cohérente avec sa personnalité. Elle savait « s’hyperlier d’amitié » toujours curieuse et avide d’apprendre, d’expérimenter, s’accaparant ces outils froids pour leur donner vie et sens.

Nous avions l’habitude de nous décrire à la blague comme les « papys-mamys 2.0 » avec l’ami Claude Malaison. Nous poursuivions à distance des débats et discussions entamés à Montréal autour d’un bon repas. Tout y passait: Obama, Attali, Krugman, Pisani, politique, guerre, pandémies, technologies, littérature, société, éducation, portant un regard critique et attentif sur notre monde et notre climat qui changent. Le fil conducteur était en filigrane une société plus équitable pour nos enfants et petits-enfants.

Se réchauffer au coin du web

La nouvelle et les circonstances de son décès ont provoqué un tsunami dans le web social. Le mot social n’est pas un concept marketing usurpé: social, socialiser, société, qui vit en société.  J’ai vécu l’expérience de me faire toucher, serrer, embrasser, sur le web. J’y ai réchauffé mon coeur au rythme des mails, des tweets, des statuts, des commentaires et cela m’a beaucoup aidé. Son fils Guy m’a confirmé avoir ressenti  les mêmes choses devant l’avalanche de commentaires et témoignages de toutes parts. J’ai compris que désormais notre présence numérique est devenue indissociable de notre présence physique. Cela soulève bien sûr le débat sur le testament numérique et comment gérer l’après. J’y reviendrai.

Pour conclure deux petits textes qui m’ont interpelé et que je partage avec vous:

–  L’hommage de ses proches: « Une fois de plus, elle entreprenait un projet que beaucoup disait impossible, voire une fantaisie. Ceux qui la connaissent savent que ce n’est pas la première fois qu’elle semble se lancer dans le vide sans parachute. Toutefois, pour l’œil averti, ce n’est pas tout à fait le cas et elle y est systématiquement arrivée. Elle sortait des sentiers battus, cela dérange certaines personnes, remettant peut-être en question leur propre incapacité à faire ce qu’ils désirent réellement. La famille, les amis, les proches savent qu’elle atteignait ce que beaucoup recherchent, être heureuse tout simplement. »

Ses derniers mots: « Au fil de mes pensées, j’arrive à la petite crique où chaque matin je prends le temps de prendre le temps. Moment où je tente d’accorder ma respiration au rythme des vagues; moment où je regarde vers le nord, vers Montréal – holà tout le monde, oui je pense à vous tous les matins !

De retour à la maison, commence la journée : Netvibes, partage de liens sur Twitter, courriels, et … belles surprises, comme la découverte de ce très joli portrait que la copine Marie-Julie a fait de moi sur son nouveau blog… elle a tellement bien su raconter en quelques phrases ce qu’est la vie d’une nomade virtuelle ! »

Adieu ma chère Renée, merci d’avoir croisé mon chemin, de m’avoir fait grandir et de m’avoir laissé un si beau cadeau.

Piste: Ils ont dit de la nomade sur En Direct des Iles

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Une réponse à “ Se réchauffer au coin du web

  1. […] sur Les proches remettent les pendules à l’heure en particulier. Vous pouvez aussi lire ce témoignage d’un ami, fort à propos, sur les relations […]

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>