5 novembre 2008

Élections US 2008: mes impressions en vrac

C’est le lendemain de la veille et je repense à ces 24 heures incroyables. Voici quelques unes de mes réflexions et impressions sur le déroulement:

Twitter: les gars de Twitter ont accompli un travail extraordinaire. Vous avez juste à imaginer la montée en charge sur les serveurs entre 21h et 23h, ahurissant. Un flux incessant de conversations d’êtres humains de partout sur la planète. D’ailleurs avec humour, Biz Stone le co-fondateur faisait le point vers minuit « records that broke records in terms of twitter activity on this historic night but only donkeys and elephants were invited–no whales ».

TwitLife: comme je vous l’expliquais dans  ce billet, je faisais parti de cette « expérience » qui agrégeait les flux d’une vingtaine de « twitterers ». A noter que Agoravox, Le Post et BetaPolitique reprenait le fil de nouvelles sur leurs sites. A date, je n’ai pas  eu encore de retour de la part des initiateurs du projet, seul quelques commentaires positifs de la part de mon réseau. Intéressant aussi de remarquer qu’il n’y avait pas de concurrence comme il en existe dans les médias trads, on était dans le partage de liens et d’infos, comme des petites fourmis construisant ensemble une information.

Canada for Obama: j’étais donc blogueur invité à cet évènement très couru à Montréal. A partir de 20h, la salle était bondée à tel point que du monde était même assis par terre face à l’écran géant diffusant CNN. On aurait dit une veillée autour d’un feu de camp. A chaque pub, les dj chauffaient la salle. C’était sombre, j’ai eu du mal pour les photos et les vidéos. J’ai quand même fait un court vidéo à l’annonce officielle de CNN À 23 h.

Blogueurs vs journalistes: il y a eu pas mal de chicanes et de montées de lait la semaine passée sur ce thème. Alors que je m’installais est arrivée une journaliste du Journal de Montréal. Lors des présentations elle m’a demandé pour quel média je travaillais. Lorsque je lui ai dis que j’étais blogueur, j’ai senti une légère crispation. Comme nous allions elle et moi bosser côte à côte toute la soirée, j’ai commencé à briser la glace en lui envoyant des liens sur certaines de mes découvertes de la journée. Je voulais lui montrer que je n’étais pas menaçant: moi je twittais et mixais de courts messages pour mon réseau qui est au-delà des frontières et ce sans pression de bouclage ni d’heure de tombée, de plus sans rémunérations. Elle avait plus de pression car elle devait boucler pour un papier du lendemain. D’être tous les deux les seules personnes dans la salle devant un laptop nous procurait une certaine complicité. Il y avait de la coopération et de l’échange, pas de compétition. Il serait temps que ce vieux débats des journalistes vs blogueurs prennent fin, c’est dépassé, autant pour les blogueurs que les journalistes qui grimpent aux rideaux à chaque occasion.

Les résultats: alors là gros coup de chapeau à Richard Hétu de La Presse. Il a été le premier à briser la glace et ce à 21h54 en annonçant que les jeux étaient fait. Il a non seulement, jours après jours, procédé à une couverture méticuleuse de cette élections tout en créant une proximité extraordinaire avec son lectorat . Les commentaires émouvants de ses lecteurs en témoignent. une belle leçon de journalisme 2.0.

Pour ma part il y avait déjà eu de sérieuses alertes dans la journée: tout dabord Le Canard Enchainé qui bouclait sa une à 18h française avec ce titre sulfureux: « l’amérique n’a plus peur du noir ».  Puis dans la soirée, les choses se sont accélérées. Juste quelques minutes avant l’annonce de Richard Hétu, c’était le blogueur Dave Winner, père du RSS et du podcast, fervent supporter d’Obama qui annonçait sur Twitter « We know now that Obama has won and will be the next President of the United States». Pour moi, les carottes étaient cuites, il n’y avait plus qu’à attendre 23h.

Obama: je l’ai trouvé fatigué et marqué lors de son discours de victoire. Le ton aussi avait changé, ce n’était plus le candidat mais le président qui parlait.

McCain: je ne partage pas  ses idées mais j’ai toujours eu un certain respect pour l’homme. D’ailleurs il a fait tout un discours que j’ai trouvé émouvant.

Politique 2.0: je sais, la stratégie d’Obama a été disséquée sous tous les angles, mais quand même, qu’un sénateur inconnu il y a quelques années se soit hissé à ce poste relève quand même du jamais vu. Il y avait avant Obama et il y aura après comme le mentionne très bien Jean-Michel Billaut dans son billet « le monde va se mettre au 2.0 ». Se bâtir une stratégie politique 2.0, cela prend des années mais le retour sur la perrenité est puissant. Quatre ans ça passe vite mais Obama a déjà les outils et les ressources pour sa prochaine campagne. Le sillon est tracé. Nos politiciens canadiens et québécois devraient y réfléchir s’il veulent en finir avec les gouvernements minoritaires. Idem pour la prochaine présidentielle française dans trois ans et demi. C’est maintenant que cela se prépare. Le revers de la médaille est que cela implique un changement de mentalité éprouvant qui semble plus facile à atteindre pour un outsider qui n’est pas imprégné des vieilles habitudes du siècle passé. Bienvenue dans l’ère de la conversation et de la transparence !!

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>