9 juillet 2007

Toute une semaine pour NetVibes

Netvibes a occupé le devant de l’actualité cette semaine. Voici par billets interposés comment les choses se sont déroulées:

Mardi 3 juillet: Pierre Chappaz annonce sur son blog qu’il quitte son poste de co-directeur mais reste actionnaire. Pas totalement fou.

Mercredi 4 juillet: Watching the web publie une bonne analyse de la situation et des enjeux.

Jeudi 5 juillet: Intruders TV publie un billet au titre sensationnel « La fin du monde Netvibes » et se fait copieusement ramasser par Emmanuel Parody, voir le commentaire no 9.

Vendredi 6 juillet: Jean-Marie Le Ray invite Tariq Krim a enclenché la communication de crise. C’est finalement chose faite grâce à NetEco qui le rejoint à San-Francisco et rajoute une deuxième couche en publiant un billet sur la valorisation des start-up web 2.0. On y apprend que NetVibes serait évalué à 300 millions d’euros.
Finalement Loic apporte son soutien à NetVibes dans un billet qui n’a cessé de changer durand le week-end.

Et le mot de la fin revient à Arnaud Jeulin et son analyse que je trouve pertinente: oui, ce qui intéresse en premier lieu les usagers, ce sont les fonctionnalités de lecture RSS. NetVibes est un excellent outil pour faire comprendre aux néophytes (grand public) comment tirer avantage des fils RSS, ce qui n’est pas si évident, croyez-moi. Je vois tous les jours des entreprises et des organisations qui l’adoptent sans faire le plongeon dans les univers, ecosystème et autres modules qui ravissent les connaiseurs.

Alors affaire à suivre, j’avoue être bien curieux de voir comment tout ça va évoluer.

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

2 Réponses à “ Toute une semaine pour NetVibes

  1. Très intéressant rappel des faits. La chose à retenir de ce retrait de P. Chappaz est bien que l’enjeu des modèles économiques des sites “user-centric” comme Netvibes n’a toujours pas trouvé de réponse.
    Une alternative est le rachat, comme il s’est produit avec Del.icio.us, ou bien la mort du service. Mais il est certain (je prie très fort) que T. Krim saura trouver la faille qui transformera le Web 2.0 en véritable succès économique.

  2. Tu as raison mais je pense que la sortie se fera par le rachat. Yahoo!?

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>