8 mai 2013

Internet menace-t-il nos libertés ?

C’est en lisant un article sur le blog de Korben que j’ai découvert la parution du dernier livre de Julian Assange aka monsieur Wikileaks (@JulianAssange ): « Menaces sur nos libertés: comment Internet nous espionne, comment résister ».
Après une rapide recherche sur Google, je suis tombé sur la librairie en ligne immatériel.fr  qui l’offre en format e-pub compatible avec Adobe Digital Edition, une façon rapide de se procurer le livre qui n’est pas encore disponible en  français au Canada.

Le livre se présente comme un manifeste qui témoigne d’une discussion entre Julian Assange,  confiné en résidence surveillée à l’ambassade d’Équateur à Londres, et trois militants et activistes des libertés civiles sur Internet, Jacob Appelbaum (@ioerror), Andy Müller-Maguhn (@mueller_maguhn) et Jérémie Zimmermann (@jerezim). Le livre se lit très rapidement ( 245 pages) plus une tonne de références et se veut comme un état des lieux de où nous en sommes rendus en 2013: cyberguerre, surveillance des états, cryptographie, censure, politique, économie, espionnage, logiciels libres, vie privée, littératie, Wikileaks avec des références aux printemps arabes et bien sûr aux géants du web, Google, Paypal, Facebook, Twitter.

Ce que j’ai appris et découvert

Tout ce qui concerne la surveillance généralisée des états est édifiant. On y apprend les deux modes de surveillance: tactique, c’est à dire des cibles précises, stratégique ou là on ratisse toutes les données  sans se soucier qui est innocent ou coupable ( sms, téléphone,  mail, réseaux sociaux) pour en extraire les méta-données. La capacité des logiciels de surveillance double tous les 18 mois, on peut se procurer un outil pour surveiller un pays de taille moyenne pour dix millions de dollars. La coopération aussi entre secteur privé et état est montrée du doigt.  La solution serait d’utiliser la cryptographie avec les outils comme le réseau libre et open source Tor pour lequel travaille Jacob Appelbaum mais des lois en limitent l’utilisation au nom de la lutte contre les « quatre cavaliers de l’infocalypse » – Terrorisme, drogue, pédophilie, blanchiment d’argent.

Ce qui me dérange

La concentration et la proximité état-secteur privé aux États-Unis. On l’a vu avec l’affaire Wilileaks lorsque Amazon qui hébergeait le site l’a retiré de ses serveurs et que Paypal-Visa-Mastercard ont coupé les transactions créant ainsi un blocus bancaire en dehors de toute procédure judiciaire ou administrative. Également le lobbyisme et la pression des majors du cinema et de la musique pour faire adopter des lois telles que Sopa, Acta dont le but est de protéger les intérêts commerciaux des ayants-droits au détriment de libertés civiles essentielles.

L’atteinte aux libertés fondamentales: liberté de parole, de mouvement, de transaction. C’est bien expliqué dans le livre au travers des tracas et autres harcèlements dont sont victimes les intervenants. C’est sûr, Assange est pris dans une affaire d’espionnage mais le fait d’être proche de lui ou de dénoncer certains agissements inclus un lourd tribu à payer. On l’a vu aussi dernièrement dans un autre registre avec le suicide de Aaron Schwartz également militant pour les libertés civiles et la transparence.

Parano? Inquiet?

Plus ou moins. Il faut faire confiance au législateur, on l’a vu avec Acta qui a été débouté par le parlement européen. Il faut être conscient aussi de comment ça fonctionne quand on passe un appel avec un téléphone intelligent, quand on achète un billet d’avion avec une carte de crédit, quand on balance toute sa vie sur Facebook, quand on est sur Twitter.  Il faut être vigilant  et ne pas hésiter à se mobiliser quand cela ne fait pas notre affaire. C’est comme ça que Google a pris des mesures pour nous donner accès à toutes les informations de notre compte, que Facebook a finalement accepté que l’on puisse télécharger toutes les informations contenus dans nos profils.

Cyberpunks vs marketing Internet

Internet, sites web, médias sociaux, téléphones intelligents sont devenus parties prenantes de nos vies. Beaucoup de contenu est quotidiennement publié pour nous expliquer comment maximiser nos présences et faire des affaires sur le web. C’est correct. Experts, consultants, sites technos occupent une grande partie de l’espace médiatique. En contre partie, il ne faut pas négliger les activistes qui lèvent des drapeaux rouges comme les cyberpunks. Ils sont utiles et incontournables pour nous faire réfléchir. Parias d’aujourd’hui, ils pourraient bien devenir les héros de demain.

Pistes: Internet nous espionne, Julian Assange le dénonce, mon entrevue avec Matthieu Dugal de La Sphère à la première chaine de Radio-Canada
« Menaces sur nos libertés » : Julian Assange se livre, entrevue vidéo sur France 24
Extraits : « Menace sur nos libertés », le manuel d’insurrection de Julian Assange chez JDN
Rapport 2013 de l’Electronic Frontier Foundation: Which Companies Help Protect Your Data From The Government
Department of Homeland Security is looking for 600 hackers chez le New-York Times
La Cnil démontre que l’iPhone est un mouchard hyperactif chez JDN
Former FBI Agent Confirms the Surveillance State Is Real chez Truthdig

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Une réponse à “ Internet menace-t-il nos libertés ?

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>