13 mars 2012

Anonymous: la grande tendance oubliée des prédictions 2012

Le début d’une année est toujours propice à de nombreuses publications sur les fameuses tendances à venir. En passant en revue plusieurs prédictions 2012, j’ai constaté que quasiment personne n’a mentionné l’impact des opérations d’Anonymous sur l’industrie et l’écosystème du web. Pourtant le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur et il ne se passe pas une semaine sans que leurs faits d’armes soient mentionnés dans les médias.
Alors, pirates, hackers, activistes, robin de bois, altermondialistes, qui sont-ils réellement ?
Voici plusieurs sources pertinentes pour mieux comprendre comment fonctionne ce mouvement:

– Tout d’abord cet entretien avec Frédéric Bardeau co-auteur du livre « Anonymous : Pirates informatiques ou altermondialistes numériques ? » dont voici quelques extraits:

Sait-on réellement qui sont les « membres » qui se cachent derrière ce mouvement ?L’histoire veut, qu’au début de 4Chan, soit plutôt un espace pour des geeks, des hackers, des fans de jeux vidéo venus des États-Unis ou d’Australie qui ont donc participé à la naissance d’Anonymous, même si cela s’est rapidement et massivement démocratisé. Aujourd’hui, certains sont des pères de familles, des révolutionnaires, des indignés… La logique du mouvement veut que chaque personnalité se cache derrière le masque. Le FBI avait tenté, il y a un an et demi, un portrait-robot en vue de réaliser le profil type d’un anonymous. Le résultat correspondait en définitive à la moitié de la population américaine ! La force du « mouvement » est que chacun peut monter une attaque dans son coin et inviter les autres à le suivre. C’est le premier qui tire qui emporte la décision. Comme il n’y a pas de chef, de structure, mais simplement des espaces de discussion pour se retrouver, vouloir endiguer le phénomène est tout simplement impossible
Comment concrètement peut-on contourner les protections de sites informatiques sur des sites aussi protégés que ceux du FBI ou de l’Élysée ?
Toutes les attaques ne demandent pas les mêmes compétences. Bloquer des sites par un déni de service, en organisant une connexion massive via un petit logiciel (LOIC, refref, HOIC…) qu’il suffit de télécharger ne demande aucune compétence précise. Cette attaque, la plus simple mais au demeurant très efficace, a pour effet de saturer le site et donc de la bloquer pendant un lapse de temps assez court. Le deuxième niveau d’attaque consiste à modifier les URL d’un site. Vous passez sur un site, vous scannez une faille et vous l’exploitez. Le problème est de ne pas se faire repérer en masquant son IP. Cette attaque demande déjà un niveau de compétence certain. Le troisième niveau d’attaque consiste à s’introduire sur un serveur pour voler des donnés. Là, il faut déverrouiller les codes d’accès et être capable de se promener sur un site sans y laisser la moindre trace. On rentre, on se balade on copie des fichiers et on repart. Ce type d’attaque est bien évidemment réservé à une élite de très bons informaticiens, les hackers.

A lire également cette revue de presse suite aux différents entretiens qu’ont donné les auteurs dans les médias.

– Ensuite ce documentaire «We Are Legion : the Story of the Hacktivists» du réalisateur, Brian Knappenberger présenté à la conférence SXSW. Des étudiants de l’École Supérieure en Journalisme de Lille lui ont posé quelques questions :

Y a-t-il un profil type parmi les Anonymous ?« Il y a toujours ce stéréotype des Anonymous comme étant des gamins de 14 ans dans leur garage. On s’est pourtant rendu compte dès l’épisode de la Scientologie, en 2008, qu’ils ne ressemblaient absolument pas à ça. Lorsqu’ils sont descendus dans la rue, on a pu observer qu’il y avait à peu près autant de femmes que d’hommes et qu’ils représentaient un éventail très large d’intérêts et de professions.
Pendant la réalisation de votre documentaire, y a-t-il une chose qui vous a frappé et à laquelle vous ne vous attendiez pas ?
« L’une des choses dont on a le moins conscience, chaque fois que l’on parle d’Anonymous, c’est l’ampleur des débats qui se déroulent en coulisses. Quand vous vous baladez dans les chats et discutez avec les gens, vous vous rendez compte qu’il y a énormément de discussions sur la bonne conduite à avoir, sur ce qui est bien ou mal et quelles cibles viser.
Il y a deux sujets particulièrement controversés chez eux. Le premier concerne la presse. Beaucoup estiment complètement ridicule de s’en prendre à elle étant donné qu’ils sont pour la liberté d’expression, ce qui a créé des tensions à l’intérieur du groupe.

À regarder le trailer du documentaire We Are Legion : the Story of the Hacktivists

Vous comprendrez que Anonymous est au-delà de la vision réductrice du gamin de quatorze ans dans son sous-sol. Pour être capable d’entrer et sortir d’un site super protégé sans y laisser de trace, on touche le niveau ingénieur. Il y a désormais des personnes exaspérées par toutes sortes de comportements de lobbies, gouvernements, groupes de pressions, entreprises qui vont utiliser leurs expertises pour infléchir le cours des choses. Alors que Internet est devenu un enjeu économique et stratégique majeur, il faudra désormais ne pas oublier de prendre en considération les réactions d’Anonymous avant toutes décisions portant à controverse.
We are legion- The story of Hacktivists

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Laisser un commentaire




Vous pouvez utiliser ces tags XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>