9 novembre 2011

Les pages Google+ vont-elles surclasser Facebook et Twitter ?

C’est un peu la question que se pose tout le monde suite au lancement surprise de lundi. On commence à voir les contours d’un réseau social d’entreprise.
D’ailleurs Caleb Garlin de Wired  (via +Hicham Souilmi) identifie déjà la différence entre les deux services:

At this point, Google+ Pages are where businesses interact with web denizens on the cutting edge of net technology, and Facebook is where you interact with everyone else. Facebook boasts 800 million users, while Google claims 40 million. And Google’s count is likely inflated by any number of Gmail users who have been opted into service but don’t actually use it.

C’est sûr également qu’avec Direct Connect, la recherche d’entreprises va passer sous stéroides. Si vous avez déjà créé votre profil sur Google Place, automatiquement lors de la création de votre page, Google retrouve vos coordonnées et les intègre. En fait Google+ est conçu comme un puzzle qui au fur et à mesure raccorde tous les services de la galaxie Google. Oui bien sûr, si Google peut faire du mal à Facebook et Twitter, il ne s’en privera pas. On a par contre un peu tendance à oublier « le core business» de Google qui est de faciliter de toutes les manières possibles la recherche sur le web afin de faire tourner à pleine capacité l’énorme pompe à $ que représente le couple Adsense-Adwords. Pour le moment Twitter et Facebook sont encore loin du compte en terme de revenus publicitaires.

But more importantly, Google integrates Plus into its web-dominating search engine. With Google+ Direct Connect, searchers can insert a “+” before their query and jump directly to a business’s Google+ page. Type “+YouTube” into a Google search box, for instance, and Google will take you straight to YouTube’s Plus page.

Quelques autres lectures sur le sujet:

Robert Scoble y va de son analyse et se plaint qu ‘il n’y ait pas encore de possibilité d’être plusieurs administrateurs sur la gestion d’une page. Selon moi cela ne saurait tarder puisque cette fonctionnalité existe déjà dans les outils pour webmaster ainsi que dans Google Analytics. Par contre il met en garde les futurs gestionnaires de pages car pour le moment la création d’une page est reliée à votre profil donc bien être attentif à ce que l’on poste afin que des statuts personnels n’interfèrent pas avec des statuts de la page corpo:

But when I was signing up for the brand page, was there any warning that “hey, you will be the only one allowed to post to this page right now.” Nope.
It was quickly added to Google search and then it was too late to turn back.
But now I’m realizing just what a mess I stepped into. I now have to be extremely careful about what I post to that account. I have to even be very careful about who that account follows (already I added two people and their posts are showing up on the feed, which means that whoever I add can probably mess up someone’s experiences in the future). Not to mention that I can’t see who else works at Rackspace (like I can on Facebook) and I can’t even see who is following the account, so I can easily pick from those people to follow back.
Even commenting on this account is very scary. I still don’t know how to see whether I’m posting as “Robert Scoble” or as “Rackspace.” This is NOT simple enough and if it’s scary for me (someone who has posted thousands of times on Google+) I imagine it’s terrifying for some junior employee who is getting whipsawed by corporate policy and politics.

Ensuite le guide officiel en français sur la création des pages et des outils disponibles via NetPublic

Pour terminer une courte démo de Direct Connect via Vanksen

Google+: Voir le billet sur Google+

A propos de l'auteur

#blogueur | #WordPress addict | #Google lover, conférencier, mixeur de liens, papa geek, fondateur de @Fabriquedeblogs , co-fondateur de @Yulbiz (gère aussi une tribu)

Les commentaires sont fermés.